Vicious Square

Quartiers de Londres au XVIIIe siècles, venez y vivre comme un prince et trouvez votre place, ou venez servir les riches. Amour, passion, trahison, disputes, tout y est au rendez-vous. Hentaï autorisé
 
AccueilRechercherFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Retrouvaille

Aller en bas 
AuteurMessage
Alfred de Satrysis
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 22
Age : 28
Niveau Social : Noble
Emploi : Vit de son argent
Sexualité : Hétéro
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Retrouvaille   Ven 8 Fév - 4:04

Il l'avait enfin retrouvé, ça n'avait pas été chose facile pour sur. Mais il y avait mis du coeur, la belle Lizzy, celle qu'il avait perdu quand il était tout jeune, c'était comme une soeur pour lui, mais a l'époque son père dirigeait encore la maison, et il n'avait pas eu son mot a dire. Il avait perdue sa soeur de coeur, et avait vue mourir ses soeurs de sang. Mais maitenant, il l'avait retrouvé. Et il allait bientôt la cherché. Elle avait été envoyé dans le quartier pauvre, seulement parce que son père avait était pris d'une crise de colère. C'était pueril mais son père n'avait jamais rien fait de bien, ni pour sa famille ni pour son nom et sa réputation. Et il en payer les pots casé maintenant. Il avait besoin d'aide, il avait de quelqu'un, il avait besoin de sa soeur. Il avait besoin de Miss duncann au château. Il allait la ramener chez lui, et lui donné tout ce dont elle aura besoin. Il avait entendu une conversation, avec plusieur aristo qui s'occupait du bordel des bas quartiers. Et c'est là qu'il avait appris que beth Duncann engagé comme une vulgaire putain, c'était un désonneur. C'était inconsevable. Il devait changé ça.

Ce soir de pluie, une plui diluvienne, Alfred arrivait, sans parapluie, sans rien pour le protêger des caprices des cieux. Son costume allait être trempée, mais qu'importe, il savait maintenant ou la trouvé, et il manquerais pas l'occasion d'allé la cherché. Elle ne le repouserais pas, il ne pouvait pas l'imaginé, il allait la tirer des griffes de ces imondes porcs, il allait lui donné la vie d'un princesse. C'était sa soeur c'était normal. il arriva donc dans le parc, vide a cette heures, même les plus brave marchant avait fermé leur étal pour allé chez eux, et prier pour que demain, le temps soit plus clément.Il n'avait pas croisé grand monde, mais arrivant maintenant dans les multiple ruelle sale des quartier populaire. Un noble chez les pauvres, quel infamie aurait pu penser les autre riches et autre pourceaux. Si il était ici c'était pour une bonne raison. Il ne s'arrêta pas de marché, il ne s'arrêta pas de courir. Au hasard des rues, et des ruelles, il trouva enfin le bordel. Essouflé, il s'y hâta, et ouvrit la porte bryament, et le moins que l'on pouvait dire, c'était que la décoration était tout autres que dans les quartiers riche. Les lits de velours avait été changé ici par de vulgaire draps délavé et déjà trop souillé, et c'était ici que sa soeur passé ses journées, c'était une putain ici. Il ne pouvait pas le croire. Sur sa gauche, l'acceuil, un homme, essayant d'avoir le gout des riches. En faite ennormement de riche travaillé dans ce bordel. Et les propriètaire était des nobles. Et il laissait ça. D'un regard noir et décidé, il regarda le majordome qui lui sourait.

-Je peux vous aidé monsieur ?

Alfred ne perdit pas de temps, il alla l'atrapé par le col, sans ménagement, il n'était pas la pour prendre du bon temps, quel imbécile, quel bouffon, c'est avec une voix rauque bouré de rage qu'il lui repondit.

-Ou est Ellizabeth Duncann ?
-Elle est déjà occupé monsieur

Déjà occupé, mon dieu, un homme, un porc possait ses mains sur le corps de sa soeur. Il rêvait. Il passa sa main a l'interieur de sa veste, voulant sortir une bourse, mais avant il vérifia qu'il était bien là. Oui, il était là, son pistolet, si les choses tournait mal, il n'hesiterait pas a tirer pour ecourté les négociations. Il prit la bourse pour la jeter sur le majordome.

-Je la rachête !

Il n'attendit pas plus longtemps, n'écoutant pas les vocifération de l'homme qui n'était pas tout a fait d'accord qu'il la rachête. Lui cirant qu'elle n'était pas a vendre, et que c'était l'une des meilleurs fréquentation, que c'était la meilleurs attraction, impossible. Il essaya un instant d'imaginé ce qu'elle avait pu subir tout ce temps. Il avait pris que les parrent de Lizzy était mort, d'abbord la maladie de son père, pui sa mère. Elle était maintenant seule et livré a elle même. Mais ça sera bientôt fini, il était là maintenant. Et il l'aiderai, et elle aussi l'aiderai. Il n'allait pas la prendre comme servante, enfin, sur le plan officielle oui. Mais elle sera sa reine, et sera traiter comme telle. Elle le méritait.

Alfred se mit a ouvrir brusquement toute les chambres du bordel, dans sa tête, il ne devait trouvé qu'elle, il était sur qu'il la reconnaîtra, c'était sur, il n'aurai pas pu oublié ses yeux, et son visage si magnifique. Alfred rageait de plus en plus. Les chambres défilaient et personne, il ne la trouvait pas. Mais il ne pouvait pas reculé. Maitenant il devait la trouvé pour la prendre avec lui. Lui donné le meileurs traitement possible. Lui donné tout ce dont elle aurai besoin. Il en avait déjà parlé avec sa mère, la dernière des Satrysis a part lui, sa mère l'avait encouragé a la ramener. La dernière chambre, elle ne pouvait qu'être là, c'était la dernière. Alfred ouvrit, et elle était là. La porte était fermé a clef, ça n'allait pas être qui allait l'arrêté. Prenant son élan, il ecrasa son épaule sur la porte, et elle ceda enfin. L'horreur devant ses yeux. Lizzy était bien là, le vissage choqué, attaché par des corde au lit. Et dessus, un homme, un vieil hommes, quel porc, mais bonheur, il avait encore son pantalon. Les deux vissages était pointait vers lui. Le visage rageur, il prit l'homme la l'épaule pour le poussé plus loin.

-Mais qu'est ce que ????
-Alfred !!!

Ils était choqué aussi bien que l'autre. Mais Alfred était heureux, Lizzy l'avait reconnut, il lui sourit, elle souriait aussi, mais le client était loin d'être souriant. Il s'enprit de détaché une main de sa soeur, mais le client se mit a protesté.

-Mais qui êtes vous, je l'ai payer, attendait votre tour.

C'en était trop, Alfred avait perdu son sang froid, il degaina le pistolet. Et bientot a la porte s'ammasait nombre de pute et autre client curieux. Alfred regardait le client avait une rage sur sur le visage.

-Ignoble porc, fout moi le camps. Tout de suite !!!!!

Et il ne se fit pas prier, Alfred continuait de détaché Lizzy enfin libre, il lui donna de quoi s'habillé, avant de mêtre sa veste sur elle pour la couvrir.

-Alfred, qu'est ce que tu fais là ?????
-Je viens de liberer enfin, je te ramène au manoir. Tu viens avec moi.


Alfred la prit par le bras, il l'enmenait, ils allaient enfin rentré, en famille, c'était sa place, elle n'avait pas le choix, elle devait rentrer avec lui. C'était ainsi, et il ne lui demandait pas son avis. Sa place était a ses coté, sur le trone. Ils sortaient de la chambre et commençait a traversé cette imonde bordel, elle retrounait a la vrai vie, celle qui était destiné a Lizzy maintenant, et tout allait bien. Ils se retrouvèrent enfin dehors, et il ne pleuvait plus. Il repirt le chemin en sens inverse, il devait mainteannt sortir, trouvé le parc et retrouné chez eux. Il tenait toujours sa soeur par le bras, avec plus de ménagement. Elle était avec lui maintenant, et tout allais bien allé, tout ira très bien. Et le parc était maintenant là, toujours aussi vide. Mais Lizzy lui tira le bras, le faisant laché prise.

-Alfred, pourquoi
Je ne t'avais rien demandé
J'ai souvent pensé a toi
Mais qu'est ce qui t'as pris de me retrouvé
Comprend que je n'avait pas le choix
Mon corps était le seul chose a achetait.
Je ne t'ai rien demandé.


Alfred, les yeux eccarquillé regardait sa moitié, elle se plaignait. Ce n'était pas possible. Elle devait venir, même si il devait la suplier, il avait besoin d'elle.

-Liz, je t'ai cherché jours et nuit
Je savais que j'y arriverais
C'est la seul chose qui me tenait en vie
Je vais te comblé
Reviens avec moi je t'en supplie
Reviens s'il te plait.


Le vissage le Lizzy se mit a s'empourpré, elle devins rouge et se mit a pleurer. Il ne comprenait pas. Il allait lui donné tout ce dont elle avait besoin, ses desirs allait être des ordres, elle aurait tout un tas de servant pour elle, et elle aurait la vie de chateaux. Tout pour elle, oui il ferrait tout pour elle. Mais elle tomba genoux dans l'herbe détrempé, avant de relevé un vissage triste.

-Alfred j'ai tant rêvé
Mais je ne peux revenir
La dernière personne que j'ai aimé
J'ai laissé le temps courir
Mais c'est toi, et tu ne m'a pas oublié
J'espère te voir avant de mourir.
L'être en moi
Alfred je suis désolé
Ecoute moi pour fois
Je sait que tu peux m'aider
Ma douleur n'est pas feinte
Mais je suis enceinte.


Mon dieu, l'un de ces porcs l'a mit enceinte. Elle avait en elle un bébé, Alfred était épuissé sentimentalement, il été passé par tout les état se soir, la joie, le dégout, la rage, il l'avait suplié. Mais c'était comme si tout n'allait pas bien. Si tout allait bien, elle était enceinte, elle allait mêtre au monde son enfant. Et lui aussi était le bienvennue au château. Il était de sa famille. Alfred, alla la relevé, pour la prendre dans ces bras, lui aussi avait les larmes au yeux. C'était evident qu'il était heureux maintenant.

-Tu es enceinte ? Ce n'est rien, viens avec moi, le bébé aura droit a une education, et les meileurs soin, crois moi, vous êtes les bienvennue au manoir. Quitte ces porcs et vien avec moi maintenant. S'il te plait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vicious-square.forumsactifs.com/presentations-f3/alfred-d
 
Retrouvaille
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» Retrouvaille entre soeurs...|feat Rhéa-Gaïa O'Brain
» Retrouvaille!!! (PV Ryofu Itô) HENTAï
» Retrouvaille inattendue [ouvert à tous ^^]
» Une Grande Retrouvaille... Seulement va t-elle durée ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vicious Square :: Quartiers Populaires :: Bas fond :: Bordel-
Sauter vers: